Les mille images d'un village (coffret DVD)

Plan Peisey, Vallandry ou la vallée du Ponthurin
Avatar de l’utilisateur
Tuispserv
Fusée
Messages : 2788
Enregistré le : 6 avril 2006, 13:41
Quelle station fréquentez-vous ? :
Localisation : Yvelines - Plan Peisey
Contact :

Les mille images d'un village (coffret DVD)

Messagepar Tuispserv » 20 janvier 2012, 09:16

Parution d'un coffert DVD "Les mille images d'un village" qui raconte l'histoire de Peisey Nancroix en 12 films (3 DVD, 5 heures).

Un travail énorme et passionnant réalisé par Michel Boccara, chercheur au CNRS, qui raconte la nostalgie d'un passé qui ne reviendra plus en partageant la vie et les souvenirs des anciens.

Prix : 40€. Dix exemplaires ont été déposés chez Monsieur Villot, le libraire-marchand de journaux de Peisey.
Disponible aussi en commandant par courrier (45€ dont 5€ de port, délai : 15 jours) : chèque à l'ordre de "La parole a le geste", à envoyer à l'adresse suivante : La parole a le geste - chez Michel Boccara et Pascale Barthélemy - Le bourg de Lentillac- 46400 Latouille-Lentillac. Envoyer aussi un mél pour informer de la commande à audiovisuel @ cnrs-dir.fr et michel.boccara0351 @ orange.fr .

Présentation complète par l'auteur :


Comment dire les mille visages de Peisey-Nancroix ?
Comment raconter ses quatre villages, le Villaret, Peisey, Moulin et Nancroix?
Comment le dire non dans la nostalgie d’un passé qui ne reviendra plus, mais dans l’exercice d’une mémoire vivante? Comment évoquer la physique, cet art « noir » que, selon certains, les Peiserots pratiquent encore (La physique ou l’art de jeter les sorts et de les lever) ?

Donat Silvin nous raconte l’histoire de Peisey, depuis les temps mythiques jusqu’au XXe siècle (Le Peisey de Donat), puis, du haut des Essarts, « l’autre monde », il fait l’inventaire des montagnettes de Peisey (Les montagnettes*). Et aujourd’hui, voici venir le temps du tourisme et d’un avenir incertain (Le tourisme : quel avenir pour Peisey-Nancroix ?)

Avec Geneviève Gaufillet-Baudin, nous revenons sur les traces des premiers Peiserots partis au milieu du 19e siècle en direction de la capitale où ils vont exercer le métier de bronzier. Ces nouveaux Parisiens reviendront au village et ramèneront avec eux les premiers touristes et les idées étrangères (Peisey à Paris).
Les premiers ou plutôt les seconds, les vrais premiers, ce sont les « conquérants de l’inutile », ceux qui ont, nous raconte Bernard Richermoz, sur les traces du berger Pocard, gravi les premiers sommets (Sur les monts tout puissants*)
Les Peiserots devenus comédiens nous font revivre les temps de l’École des mines, lorsque Monsieur Schreiber en était le directeur… (L’école des mines à Peisey)

Gaston Impérial décrit une autre mine où plusieurs Peiserots ont laissé leur peau. Pour extraire l’anthracite, on a fait venir à Peisey de la main d’œuvre immigrée qui ne s’est jamais mélangée à la population et qu’on a vite oubliée (La mine d’anthracite).

Donat, toujours lui, évoque la religion populaire, lors du pèlerinage des Vernettes qui témoigne chaque 16 juillet de sa vivacité (Notre Dame des Vernettes). Il discute avec Jean Luquet , le directeur des archives départementales de Savoie, à propos d’une affaire criminelle survenue à Peisey en 1761 (L’affaire est dans le sac).

Avec Guy et Jeannot, nous accompagnons les vaches de Nancroix sur les pentes du col de la Chiaupe. Attention au dérochoir, là où les vaches peuvent culbuter (dérocher en patois) ! Nous nous installerons en fin de matinée au chalet. Vivre la haut c’est « voir » le village avec d’autres yeux. Tout en haut est différent : les rythmes, les paysages, les pensées, les rêves… (Emmontagner à La Chiaupe).

L’élevage des chèvres est devenu aujourd’hui une activité rentable alors qu’autrefois il était le parent pauvre : un enfant du pays Samuel Silvin et un étranger… d’Annecy, Thierry Jung, nous font partager leur passion (Élever des chèvres aujourd’hui).

Guy Baudin et Michel Gontharet nous font comprendre les métamorphoses du travail du bois, la fin de la criée, la construction des rizes pour faire flotter les bois, le travail spécialisé des Bergamasques qui s’y connaissaient en poulies… Guy nous fait une démonstration des deux manières d’écorcer un arbre à la hache (Le travail du bois).
Pour saisir l’unité de cette Savoie aujourd’hui éclatée en plusieurs pays, il faut passer de l’autre côté, dans le Val d’Aoste où la polyphonie est encore vivante : Si l’amour avait des racines, je crois bien que j’en planterais… je crois bien, oui, oui, oui, je crois bien, non, non, non, je crois bien que j’en planterais… (Le jour des conscrits).

Saluons, au hasard de nos promenades, les dames de Peisey coinchées et cornettées et portant sur leurs épaules la fierté familiale (Costume et identité à Peisey-Nancroix*), et arrêtons-nous pour parler la langue des dieux, (Tant que la langue vivra*), avec Alice, Marcelline, Donat et José (Peisey et Tignes : Donat, Marcelline et José…)

Et notre évocation de Peisey ne serait pas complète sans cette ballade avec mon voisin, Thierry, à la recherche de cette dame mystérieuse, la girolle… (Ballade aux girolles*)
La mémoire au présent s’invente une métamémoire qui explore l’autre côté du miroir pour nous parler de l’ancien futur, de ce temps qui viendra lorsque « la voie sera à nouveau ouverte ».
Et que la montagne nous garde !
Peisey-Vallandry
www.peisey-info.com
Actus, domaine skiable, le club med, ...

Retourner vers « Peisey - Vallandry | Stations »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité